fbpx

Comment reprendre l’entraînement après le COVID

with Aucun commentaire
Partager cet article
 
   

Coronavirus COVID-19

Si vous avez manqué des jours de course et d’entraînement à cause de votre coronavirus COVID-19, vous pourriez être tenté de rattraper le temps perdu en reprenant l’entraînement à la hâte. Mais faites attention et n’y allez pas si vite. Selon de nouvelles recherches, reprendre l’entraînement après le COVID, trop vite, pourrait augmenter considérablement votre risque de blessure.

Pour une étude publiée dans Sports Health, les chercheurs ont interrogé des coureurs entre juillet et septembre 2020. Deux questions clés ont été posées aux coureurs :

  • s’ils avaient eu un COVID (déterminé par un test positif ou le diagnostic d’un professionnel de la santé) et
  • si, depuis mars 2020, ils avaient été blessés assez gravement pour manquer au moins une semaine de course. Tous les répondants étaient âgés d’au moins 18 ans et avaient couru au moins une fois en 2019 ; 56,5 % d’entre eux étaient des femmes.

Sur les près de 2 000 personnes interrogées, 6,3 % ont déclaré avoir eu un COVID. Entre mars et septembre 2020, 30,9 % de ces coureurs se sont blessés, contre 21,3 % des coureurs sans COVID. Ce qu’il faut retenir : Les coureurs qui avaient eu le COVID avaient 1,66 fois plus de risques de se blesser que les autres coureurs

Pics de blessures

Les auteurs de l’étude s’empressent de noter que leurs données sur les infections et les blessures du COVID ont été déclarées par les personnes interrogées. De plus, les chercheurs n’ont pas mesuré le moment de l’infection et de la blessure. Par exemple, si les blessures avaient tendance à se produire un certain nombre de semaines après l’infection – de sorte qu’il est impossible d’établir un lien de causalité direct.

Pourtant, les auteurs de l’étude ont été frappés par leurs résultats. « Je n’ai pas été surpris qu’il y ait une différence dans les taux de blessures [entre les coureurs infectés et non infectés], mais je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit aussi importante que celle que nous avons trouvée », a déclaré le chercheur principal, le docteur Brett Toresdahl, de l’Hôpital de New York.

Pourquoi les coureurs qui ont eu le COVID se blessent-ils plus facilement ? Après tout, de nombreux coureurs prennent régulièrement des congés, par exemple immédiatement après une grande course, lorsqu’ils souffrent d’une autre maladie, ou simplement lorsque leur vie hors course devient trop chargée.

« S’ils sont en bonne santé, quelques semaines de repos n’entraînent pas un grand déconditionnement pour la plupart des coureurs », a déclaré Toresdahl. « Cependant, les maladies peuvent entraîner des diminutions plus importantes de la force et de la condition physique. Le COVID-19 peut avoir des effets plus systémiques qu’un rhume typique, ce qui peut expliquer nos résultats dans cette étude. »

Dans l’étude, 41,4 % des personnes atteintes de COVID ont fait état de symptômes modérés à graves. « Ces coureurs ont probablement pris plusieurs jours – ou semaines – d’arrêt de course à cause de leurs symptômes« , a déclaré Andrea Myers, un docteur en kinésithérapie qui travaille avec des coureurs et d’autres athlètes d’endurance à Southbury, dans le Connecticut. « Selon la durée de leur arrêt de l’exercice, ils ont pu perdre de la force, du VO2 max, et/ou de la masse maigre. »

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu:  Retour aux bonnes habitudes en 5 points

Comme le souligne Myers, entre la maladie et la quarantaine, les coureurs atteints de COVID sévère pourraient être considérés comme des patients hospitalisés confinés au repos au lit. La recherche a documenté à plusieurs reprises la perte rapide et significative de la forme cardiovasculaire et musculaire due à l’alitement. Dans une étude, le VO2 max, une mesure courante de la capacité aérobique, a diminué de 17 % après seulement 10 jours d’alitement. En outre, certaines études ont suggéré que l’alitement entraîne une baisse plus marquée du VO2 max chez les personnes en bonne forme physique que chez les personnes moins en forme.

Prudence après le COVID

Dans ces conditions, Toresdahl et Myers affirment qu’il est logique que les coureurs qui reprennent l’entraînement après avoir subi un COVID soient plus susceptibles de se blesser. Ces coureurs seraient nettement moins en forme qu’ils ne l’étaient quelques semaines auparavant, et ils pourraient utiliser la difficulté qu’ils éprouvent à reprendre la course comme une motivation pour se dépasser, ce qui augmenterait encore le risque de blessure. Dans l’étude, il n’y avait pas de différences significatives dans les types de blessures entre les coureurs COVID et non COVID, ce qui suggère que le déclin de la force aérobie, musculaire et squelettique globale était un facteur clé.

Toresdahl et Myers s’accordent également à dire que les coureurs qui ont eu un COVID doivent reprendre la course à pied de manière plus prudente qu’après d’autres raisons d’une pause prolongée.

De plus, une infographie publiée dans le British Journal of Sports Medicine recommande de ne reprendre aucune forme d’entraînement avant d’avoir été exempt de symptômes pendant sept jours, même si ceux-ci étaient légers ou modérés. Selon l’infographie, commencez par 15 minutes maximum de jogging léger et prenez au moins une semaine pour augmenter progressivement la durée et l’intensité. Même si vous ne présentez aucun symptôme ni aucune blessure, attendez au moins deux semaines et demie après le début de vos symptômes avant de reprendre un entraînement complet, conseille l’infographie.

Myers préconise un retour encore plus progressif.

« En raison des forces plus élevées associées à la course à pied, je conseillerais de commencer par des activités à faible impact (marche, vélo, elliptique), puis de progresser vers une routine de marche/jogging, puis vers une course facile », a-t-elle déclaré. « Il est normal de rencontrer des difficultés sur le chemin de la récupération. Si vous vous sentez fatigué ou endolori pendant une journée, diminuez vos efforts le jour suivant, puis remettez-vous sur la bonne voie. La récupération est rarement linéaire, et les revers sont fréquents. Les blessures surviennent lorsque nous nous mettons trop de pression et que nous ignorons ce que notre corps nous dit. »

Si votre cas de COVID a nécessité une hospitalisation ou a provoqué des symptômes cardiaques tels que des douleurs thoraciques ou des battements cardiaques rapides, Toresdahl conseille de consulter votre médecin traitant ou votre médecin du sport avant de reprendre la course.

Si vous avez aimé cet article et que vous pensez qu’il pourrait aider des personnes de votre entourage, je vous invite à le partager sur vos réseaux sociaux en cliquant sur l’icone du réseau social de votre choix, et à poser vos questions dans la section commentaire juste en-dessous. Pour aller plus loin, téléchargez gratuitement votre guide ci-dessous (possible avec un ordinateur) si ce n’est pas déjà fait !

Article de Scott Douglas traduit de Runner’s wolrd magazine.


Partager cet article
 
   

Répondre