Quelles alternatives à la course après une blessure ? | Premier-Marathon.com

Quelles alternatives à la course après une blessure ?

with Pas de commentaire
Partager cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quelles alternatives à la course après une blessure ?

Credit photo: Todd Quackenbush

Qu’elle soit dûe à l’entraînement ou à la vie de tous les jours, la blessure est toujours un moment difficile. Quelles alternatives à la course à pied peut-on mettre en place après une blessure ? C’est ce que je vais vous expliquer. Mais avant cela je vais vous raconter une petite histoire.

En rentrant du travail, la roue avant de mon vélo de course s’est glissée dans la voie du tram, ce qui ne me laissa aucune chance. Mes quelques années de Judo m’ont appris à accepter la chute, mais l’impact du goudron n’était pas celui du tatami, et le tram qui circulait derrière moi, m’a seulement fait prendre conscience (ou plutôt mon instinct de survie) que rouler sur soi-même est aussi un moyen de locomotion. Heureusement, je portais un casque et je me souviens de cette histoire pour vous la partager…

N’attendez pas avant d’aller voir votre médecin

Tout dépend de la gravité de votre blessure, mais n’attendez pas avant de rendre visite à votre médecin. Après son diagnostique, il saura vous dire si vous devez prendre du repos, faire une thérapie (physio, kiné, ostéo, rolfing, etc…) ou suggérera d’autres recommendations. J’aurais tendance à dire qu’il faudrait vous “remettre en selle” ou remettre vos chaussures de course le plus vite possible à certaines conditions, car il y a des alternatives.

Les blessures sont particulièrement rageantes quand vous êtes en pleine préparation d’un objectif et que tout risque de tomber à l’eau. Avec les bons conseils de spécialistes, tout n’est pourtant pas perdu.

Lorsqu’il s’agit d’une lésion de type inflammatoire (tendinite du genou, d’Achille, périostite, bref tout ce qui finit en “ite”, etc…) il est souvent difficile d’en trouver l’origine, on ne sait pas toujours comment soigner vite. Il y a cependant, 3 aspects qu’il vous faut prendre en considération.

  1. Les soins apportés par un spécialiste,
  2. Les exercices supplémentaires à faire à la maison régulièrement (faites-en une habitude),
  3. La nourriture de type anti-inflammatoire,
  4. (En bonus), Quelques aspects psychologiques, posez-vous la question: est-ce que quelque chose m’ irrite en ce moment  ?

Le danger des sportifs est souvent d’être persuadé qu’ils peuvent se guérir d’une blessure tout en continuant à s’entraîner, à la même intensité pour ne pas compromettre leur plan d’entraînement et leur forme. Pourtant la douleur est un signal naturel, une alarme pour vous dire que quelque chose ne fonctionne pas, s’obstiner à courir n’est pas une bonne solution. S’arrêter quelques jours n’est parfois pas suffisant, les inflammations ont parfois besoin de plusieurs semaines pour se guérir complètement.

Une alternative, suivant la blessure, est de pratiquer un autre sport. Ce sport pourra soit être votre sport de remplacement, soit une alternance avec l’entraînement de course allégé si le mal n’est pas trop profond.

Avantage et inconvénients d’une pratique sportive alternative à la course

Ce que le coureur recherche en pratiquant un autre sport en cas de blessure, est avant tout de ralentir la chute des performances physiques. Cette chute est induite par une inactivité sportive totale ou partielle de durée plus ou moins longue. Que ce soit sur le plan musculaire ou cardio-vasculaire. Il est rare qu’un sport alternatif puisse compenser à 100% un arrêt total de la course à pied. Ceci s’explique par le fait que le mouvement ou le geste de la course à pied ne pourra pas être reproduit exactement et qu’il y aura une réadaptation lorsque le sportif recommencera à courir.

La réadaptation sera d’autant plus courte si le coureur continue à s’entraîner régulièrement, si possible à la même fréquence d’entraînement pendant sa convalescence, que ce qu’il pratiquait plutôt en course à pied. Le plus dur est souvent la motivation et l’effort mental autant que l’effort physique dû à cette nouvelle adaptation. Lorsqu’on se prépare assidument pour un objectif en course à pied, il est difficile de se motiver à travers un autre sport pour ce même objectif.

Quels sports alternatifs pratiquer pour la course à pied ?

Encore une fois cela dépend de la blessure, mais il faut garder à l’esprit que la course à pied est l’un des sports les plus traumatisants pour l’organisme, dû à ses chocs à répétitions. La meilleure façon de le savoir est de tester et de voir ce qui vous est agréable, en particulier ne pas ressentir de douleur dans la zone blessée lorsque vous pratiquez votre sport de remplacement. Lors d’une blessure, l’important est de se maintenir en forme sur le plan musculaire et cardiovasculaire. Les sports recommandés qui paraissent les plus complets sont,

  • le cyclisme,
  • la natation et ses variantes comme l’aqua-jogging,
  • l’elliptique qui évitera les chocs.

Le cyclisme est excellent pour maintenir la force, principalement en situation d’effort en endurance. Il permet de reproduire les mêmes types d’entraînements que ceux de la course à pied: au seuil, vitesse maximale aérobie (VMA), sorties longues en endurance, etc… Les temps d’efforts et de récupération pour les entraînements à intervalles devront rester à peu près les même qu’en course à pied. Par contre, la durée des sorties en endurance devra être doublée (vous pouvez considérer que 1 heure de course à pied correspond à peu près à 2 heures de vélo).

L’aqua-jogging avec ou sans ceinture de lestage, à l’avantage de reproduire la gestuelle de la course à pied, l’impact au sol en moins. L’effort ne peu cependant pas être comparé à celui de la course pour 2 raisons:

  1. Il est difficile de s’entraîner en endurance de base par ce moyen ( les pulsations ne montent pas facilement et il y a un déséquilibre par rapport à la course entre la dépense musculaire – plus importante – et cardio-vasculaire – plus faible – .
  2. Les entraînements de vitesse maximale aérobie (VMA) peuvent être très violents en aqua-jogging (ce qui est bénéfique) et efficace sur le plan musculaire. C’est d’autant plus intéressant qu’en raison de l’absence des chocs on récupère très vite des entraînements de course dans l’eau.

Ces 2 sports sont donc clairement à privilégier sur le plan physiologique associé à une diminution de la charge sur de nombreuses blessures.

Il y a encore beaucoup d’autres activités que vous pourrez aussi faire, mais elles risquent d’être trop agressive pour un coureur blessé. Pour ma part, je fais le maximum de déplacements en vélo, Si vous êtes blessé actuellement je vous souhaite un prompt rétablissement et que vous pourrez rapidement vous rechausser pourrez allez courir.

Si vous avez aimé cet article et que vous pensez qu’il pourrait aider des personnes de votre entourage, je vous invite à le partager sur vos réseaux sociaux, et à poser vos questions dans la section commentaire juste en-dessous. Pour aller plus loin, téléchargez gratuitement votre guide ci-dessous (possible avec un ordinateur) si ce n’est pas déjà fait !

 

 


Partager cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Répondre

Vous êtes libre de recevoir GRATUITEMENT  votre guide : 10 Astuces pour éviter la fatigue chronique 

x